Texte à méditer, lire et relire ...

Qu'est-ce que ce confinement m'apprend sur moi ? ma manière de vivre ? ma vision du monde ?

Qu'est-ce que je suis prê(e) à changer ? à abandonner ? à faire différemment ?

Qu'est-ce que l'incohérence du monde dans lequel je vis m'apprend ? sur moi ? sur les autres? sur le système ? Les gens bien portants sont confinés et les malades éclatés dans les hôpitaux qui ont de la place ; pas de confinement pour eux ? Tiens, les virus ne voyagent pas ?

Le personnel hospitalier est envoyé travailler sans protection ... mais ils prennent des transports en commun et rentrent chez eux ensuite, non ? Ils devraient rester confinés à l'hôpital si le confinement était si important pour notre survie ...

Nous avons de quoi alimenter notre réflexion. Ce mois, ce mois et demi de confinement doit nous permettre de regarder tranquillement autour de nous.

Pour une fois que nous avons du temps, dont nous pouvons faire ce que nous voulons. Alors, Annick nous propose de méditer sur ces belles paroles : 

Nous nous sommes endormis dans un monde et nous nous sommes réveillés dans un autre. 

Soudain, Disney n'a plus de magie, Paris n'est plus romantique, New York ne reste plus debout, le mur chinois n'est plus une forteresse, et la Mecque est vidée.

Les câlins et les bisous deviennent soudainement des armes et le fait de ne pas rendre visite aux parents et aux amis devient un acte d'amour. 

Soudain, vous avez réalisé que le pouvoir, la beauté, l'argent ne valaient rien et ne pouvaient pas vous procurer l'oxygène pour lequel vous vous battiez.

Le Monde continue sa vie et il est magnifique ; il ne met en cage que les humains. Je pense qu'il nous envoie un message :

"Vous n'êtes pas indispensables. L'air, la terre, l'eau et le ciel sans vous vont bien. Et même mieux. Quand vous reviendrez, rappelez-vous que vous êtes mes invités... Pas mes maîtres."

Attention, c'est peut-être ce qui vous attend ...

JOUR 1
Mercredi 18 mars. Premier jour à quatre à la maison. Journée ensoleillée, les enfants ont pu profiter du jardin. Pas encore de nouvelles de la maîtresse, j'imagine qu'il faut le temps de s'organiser. Ce midi, apéritif en famille, jeux l'après-midi ; Mathilde avait fait un gâteau au chocolat pour le goûter. Petit air de vacances !

JOUR 2
Jeudi 19 mars. Première tonte de l'année ! J'adore l'odeur de l'herbe coupée. Les arbres sont en bourgeons, les tulipes sortent de terre, les premiers jours de printemps sont toujours agréables !

Foot avec les enfants qui ont fini par se disputer, comme toujours. La vie s'organise tranquillement.

JOUR 3
Vendredi 20 mars. Les premiers devoirs sont tombés pour Mathis : révisions sur les divisions. Surtout rester calme...

Léa fait des dessins pour papa et maman. Trop mignon.

JOUR 5
Dimanche 22 mars. Le jardin est au carré, on dirait Versailles ! Comme quoi il y a toujours du bon à prendre ! Mathilde a les mains dans la farine la moitié du temps : gare aux kilos en trop !

Léa a épuisé la moitié du stock de pages blanches, c'est moche pour la planète.

Côté divisions, on rame...

JOUR 7
Mercredi 25 mars. Si Mathis me demande encore une fois ce qu'est un dividende, je lui fais manger son cahier !

Léa a enfoncé toutes les pointes de feutres et chouine à longueur de journée.

Mathilde s'est lancée dans la confection d'un gâteau roumain à la purée de marrons et aux pruneaux. Est-ce vraiment une bonne idée ? Le temps commence à sembler long.

JOUR 10
Samedi 28 mars. Je crois que mon fils est con, j'ai abandonné la division. On a une semaine de retard sur le travail envoyé par la maîtresse. J'ai vomi le gâteau aux marrons.

JOUR 11
Dimanche 29 mars. La caisse à outil est nickel, j'ai rangé mes clefs plates par ordre de grandeur, les marteaux par ordre croissant de poids. J'ai trié tout ce qui pouvait se trier dans la maison : clous, vis, boutons, punaises (par couleurs), slips.. Je commence à voir flou.

JOUR 14
Mercredi 1er avril. On continue sur le passé simple. La décence m'oblige à me taire. ..

JOUR 15
Je rédige une lettre à l'attention du pape pour faire canoniser la maîtresse de mon fils. J'ai envie d'écouter Céline Dion en passant l'aspirateur dans le garage. Je crois que ça va pas le faire.

JOUR 16
Vendredi 3 avril. « Les enfants prenâmes le goûter sur la terrasse ». Bon c'est fois-ci c'est clair, Mathis n'aura pas non plus le prix Nobel de littérature... J'ai envie d'épouser sa maîtresse...je crois que je commence à délirer...

Léa regarde la télé H 24.

Mathilde a commencé une pièce montée à cinq étages. Je le sens pas trop. J'ai déjà pris cinq kilos...

JOUR 17
Samedi 4 avril. Je crois que j'ai chopé un Gilles de la Tourette avec ce putain de passé simple de merde !

La pièce montée s'est cassé la gueule.

J'ai des hallucinations, les dessins de ma fille me parlent !

JOUR 18
Dimanche 5 avril. Pour la première fois de ma vie, j'ai prié Dieu...

JOUR 19
J'ai bouffé la page du livre de conjugaison. Problème réglé...

JOUR 20
Passé la journée à chercher le chien, on l'a perdu !

JOUR 21
Merde, c'est vrai, on n'a pas de chien ! J'attaque ma cinquième bière de la journée.

Léa ressemble à un lapin qui aurait attrapé la Myxomatose.

JOUR 30
36 mars. Je suis sûr d'avoir vu passer la maîtresse de Mathis dans la pâture derrière chez nous : elle promenait son Bescherelle en laisse.

Je vais reprendre un ricard …

JOUR 31
J'ai les dents qui grattent, je transpire des yeux. Je me rends compte que mon slip est à l'envers. Comme je le porte au-dessus mon pyjama, j'ai l'air encore plus con.

JOUR 32
An 3020 après ma belle-mère. Plus de farine dans les magasins, Mathilde est prostrée sur une chaise dans la cuisine, elle fait la conversation au four.

Mathis essaye de diviser le passé simple. Léa bave devant la télévision. Les stocks de Ricard sont épuisés. Au secours...

JOUR 40
37 avril 2028. Oh putain on a remonté le temps ! Il se passe des trucs bizarres... Il y a une dame dans ma cuisine qui pleure en regardant le four, je ne sais pas du tout qui c'est. Et cette petite assise dans le coin qui regarde en ricanant, elle me file les jetons. De toute façon je ne sais plus comment je m'appelle. Je ne sais même plus pourquoi j'écris. C'est la fin...

JOUR 50
Il s'est passé quelque chose. Il y a des gens partout, on entend « c'est fini ! », « C'est fini ! », « Plus de confinement ! ». Je ne sais pas ce qu'il se passe. Je sors pour voir. Je m'y reprends à trois fois avant de savoir enfin passer la baie vitrée. Je respire à pleins poumons. Je tombe dans les pommes. Direction les urgences.

JOUR 60
Vendredi 15 mai. Reprise du travail depuis une semaine. Mathilde, Mathis et Léa vont bien. La vie a repris son cours normal, si ce n'est que j'ai du cholestérol, du diabète, des troubles de la personnalité (mon double ne parle qu'au passé simple et cherche à diviser tout ce qu'il peut, c'est un peu pénible...) Mais bon nous en sommes sortis vivants ! Rendez-vous demain chez la psy, 15h30...

Respirez ces fleurs par vos oreilles

Pour annoncer l’arrivée du printemps en musique, laissons la place aux roses, lilas et jasmins dans une sélection musicale fleurie ! Cliquez ici pour écouter ces différents morceaux : 

  • Fleur des blés de Claude Debussy
  • Duo des fleurs dans l’opéra Lakmé de Léo Delibes
  • La fleur que tu m’avais jetée dans Carmen de Georges Bizet
  • Villanelle dans Les Nuits d’été d’Hector Berlioz
  • Le papillon et la fleur de Gabriel Fauré
  • Toutes les fleurs d'Emmanuel Chabrier
  • ‘Tutti i fior’ ou le duo des fleurs dans Madame Butterfly de Giacomo Puccini
  • Sweeter than roses de Henry Purcell
  • La rose, la mer et le soleil de Robert Schumann
  • Five flowers song de Benjamin Britten

 

Le chant des oiseaux

Délassant et enchanteur, voici ce qui va transformer votre journée !

Pour découvrir le chant des oiseaux vous cliquez sur le titre Leçon N° x ... et obtenez la vidéo
Les noms des oiseaux décryptés dans chaque vidéo apparaissent dessous et en cliquant sur leur nom, vous avez une description ...
Régalez-vous !

Leçon N° 1 - Janvier

le rouge gorge
la mésange charbonnière
la mésange bleue

Leçon n° 2 - Février

le merle noir
la grive musicienne
la grive draine

Leçon n° 3 - Mars

le bruant jaune
le pinson des arbres
le pouillot véloce

Leçon n° 4 - Avril

la fauvette à tête noire
le rougequeue noir
le coucou

Leçon n° 5 - Mai

le rossignol
le loriot

le martinet noir

Quand vous aurez bien tout en tête, voici un quizz

Epuisé(e) ? Alors reposez-vous et relaxez-vous 

Avez-vous rêvé d'aller à l'Opéra ? C'est possible grâce au COVID-19 !

Alors que les mythiques Opéra Garnier et Bastille ont annulé toutes leurs représentations à cause du coronavirus, ces établissements ont mis en ligne gratuitement certains de leurs spectacles.

Si l'Opéra de Paris a été contraint d'annuler tous ses spectacles programmés jusqu'à la fin du mois d'avril, il a décidé de rendre publiques certaines de ses représentations. Ses grands classiques seront désormais gratuitement mis en ligne sur les sites de l'Opéra de Paris et de CultureBox. En cette période de confinement à cause de l'épidémie du coronavirus, vous aurez de quoi vous distraire avec ces merveilleux spectacles issus des archives de l'institution :

  • Jusqu'au 22 mars : l'opéra Manon de Jules Massenet, avec une mise en scène de Vincent Huguet, un classique de l'opéra-comique.
  • Du 23 au 29 mars : Don Giovanni (2019)
  • Du 30 au 5 avril : Le Lac des cygnes (2019)
  • Du 6 au 12 avril : Le Barbier de Séville (2014)
  • Du 13 au 19 avril : Soirée Robbins (2018)
  • Du 20 au 26 avril : Les Contes d'Hoffmann (2016)
  • Du 27 au 3 mai : Carmen (2017)

Quel musée rêvez-vous de visiter ?

Assis(e) sur votre canapé, des envies de découvrir les oeuvres tapies dans les musées vous viennent ?

Si vous rêvez de visiter :

- Le Museum of Modern Art (MoMA), à New York
- Le Louvre, à Paris
- Le Rijksmuseum, à Amsterdam
- Le Victoria and Albert Museum, à Londres
- Le Mona, en Tasmanie
- Le musée de la Libération, à Paris
- Le château de Versailles
- Les parois de Lascaux IV, en Dordogne
- Le musée national de Cracovie, en Pologne
- Le musée provincial du Hubei, à Wuhan, en Chine

Geo, le magazine, vous invite à y entrer gratuitement.

C'est ici pour voyager sans fin

Un moment de poésie

Christian G nous envoie Ce très joli poème de Paul Fort.

Pensons à regarder ce qui se vit dans l'instant présent.

Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.
Le bonheur est dans le pré, cours-y vite. Il va filer.

Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.
Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.

Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite,
dans l'ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer. 

Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite,
sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer. 

Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite,
sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer. 

De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite,
de pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.

Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite,
saute par-dessus la haie, cours-y vite. Il a filé!

Paul Fort

Marchés de Coutras

Ouf ! Ils sont maintenus :

Après avoir obtenu l’avis de la Préfecture de Gironde, la ville vous informe que le marché de Coutras du mercredi et du samedi est maintenu. Cela donne la possibilité aux personnes en difficulté pour se déplacer, d’accéder à une offre alimentaire indispensable en centre-ville. Cette mesure permet aussi de diminuer les regroupements trop importants dans les supermarchés.

 

Dangerosité du COVID-19

Franck S nous fait suivre cette information très détaillée parue dans le Quotidien du médecin le 6 mars.

Si vous voulez mieux comprendre, c'est ici

C'était en mars 2020

C'était en mars 2020

Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.

Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.

C'était en mars 2020

Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n'y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.

Mais le printemps ne savait pas, le temps d'aller au jardin arrivait, l'herbe verdissait.

C'était en mars 2020

Les gens ont été mis en confinement pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.

Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.

Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d'autres valeurs.

Les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s'était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.

Mais le printemps ne savait pas. Les fleurs ont laissé leurs places aux fruits, les oiseaux ont  fait leur nid, les hirondelles sont arrivées

Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l'ont appris à la télé. Le virus avait perdu, les gens sont descendu dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.

Et c'est là que l'été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas.

Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort.

Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.

Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.

Lisez ceci, répandez-le et restez amoureux

Se laver les mains

Je crois que vous avez bien compris l'importance de se laver les mains.

L'acteur Daniel Kheirikhah, le Buster Keaton iranien nous en fait la démonstration sur les danses hongroises N° 1 de Brahms.

 

A moins que vous ne préfériez la version plus académique, car il semblerait que se laver parfaitement les mains ne soit pas si courant, ni si facile !

 

Grippe vs COVID-19

Franck S a la gentillesse de nous envoyer un tableau indiquant la différence entre une grippe et le virus COVID-19.

Sur la mortalité, j'attire votre attention sur le chiffre qui peut être revu à la baisse.

Il semblerait qu'il y ait plus de gens contaminés que de déclarés, ce qui aurait comme incidence de faire baisser le taux de mortalité ...

 

Informons-nous en écoutant les différents avis d'experts, mais beaucoup se contredisent (par exemple sur l'utilité des masques).

Agissons en notre âme et conscience au mieux de l'intérêt collectif et du nôtre.

Masque en tissu

Pour occuper votre temps libre, nous vous proposons de confectionner des masques en tissu.

Fabienne B en a réalisé un très beau pour notre mannequin du jour

Comment faire ?

Tout est expliqué ici

 

 

Rapide : Masque en papier pour se protéger

On redécouvre que l'un des endroits les plus pollués est la salle d'attente d'un médecin ...

Bien que nous soyons confinés, nous sortons de temps en temps, il nous faut donc masque.

Regardez dans la vidéo du Pr Garin, comment en fabriquer un rapidement.

 

 

 

Attestation de déplacement dérogatoire

Toute dernière info importante.

Il est possible de remplir et signer l'attestation prévue par le gouvernement directement sur votre téléphone :

https://www.attestation-sortie-covid19.fr

Remplissez les champs, signez et obtenez l'attestation en pdf.

Pas besoin d'imprimante.

En cas de contrôle, vous montrez le pdf sur votre smartphone !

Si vous désirez la remplir sur papier avant de partir, retrouvez le pdf ci-dessous : 

attestation_de_deplacement_derogatoire

A avoir sur soi pour tout déplacement.
Cochez le motif, datez et signez !