Calendrier année 2018-2019

Rendez-vous à la salle polyvalente N° 1, Rue Gustave Humon à 19h30 les 

Septembre : le 19

Octobre : le  17

Novembre : le 14

Décembre : le 19

 

2019

Janvier : le 16

Février : le 13

Mars : le 20

Avril : le 10

Mai : le 15

Juin : le 12

EXPRESSION ORALE

Les discours en public sont souvent source d’appréhension pour nombre d'entre nous.

Que ce soit pour des raisons professionnelles ou privées, nous sommes tous amenés, à un moment ou à un autre, à prendre la parole :
- Entretien d’embauche,
- Présentation commerciale,
- Oral d’examen,
- Allocution de départ,
- Speech pour un mariage, etc.

Contact : Armelle 06 79 69 91 49

Atelier du 14 novembre 2018

Etaient excusés : Claire - Gérard - Françoise - Rose-Marie

C'est Michaël qui était notre animateur de la soirée.

Michaël a donné la parole à Patrick, qui était notre Académicien. Celui-ci a déniché une formule qui ne nous est pas familière du tout: "allumer la chandelle à quatre cornes". Devant notre perplexité, il nous a expliqué qu'au 12ème siècle, les parents mariant leur dernière fille, c'est-à-dire après avoir marié toutes les autres, marquaient leur contentement en allumant toutes les mèches d'une grande lampe familiale qui avait quatre cornes ou becs.

Et bien, est-ce le fait de l'avoir eu un peu en avance, mais les trois oratrices l'ont glissée dans leur discours avec une grande aisance !

Puis, Michaël a lancé les virelangues 

Chat sage, sage chien, singe sage
Quatre coqs croquent quatre craquantes coquille
Si trente tranches te tentent, tranches-en trente !

et il nous en avait concocté une en rapport avec l'actualité :

Les gilets jaunes jugent le dégagisme génial et gagent leur journée pour une jauge gênante.
Admirez !

Marc menait les improvisations. Il avait décidé de nous faire philosopher. Chacun d'entre nous devait méditer sur deux phrases contradictoires et en faire une synthèse.

1 - L'habit ne fait pas le moine / Dans les endroits connus, on respecte l'homme, dans les endroits inconnus on respecte son habit.

Fabienne L et Marie-Christine ont disserté sur cette phrase

2 - Dis-moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es / Il ne faut jamais juger les gens sur leurs fréquentations, Judas, par exemple, avait des amis irréprochables.

Patrick et Michaël ont défendu leurs points de vue

3 - Abondance de biens ne nuit pas / Trop de profit crève la poche.

Fabienne B a choisi cette improvisation

4 - On ne gagne pas beaucoup à courir le monde / Les voyages forment la jeunesse.

Armelle et Jean-Pierre ont dû argumenter ce point.

5 - Un chef écoute tous les avis, même ceux des imbéciles / Ne débats jamais avec les imbéciles, ils te feront descendre à leur niveau où ils te vaincront par leur expérience.

Marc a cloturé les improvisations avec brio.

L'heure des discours a sonné :

Fabienne L, évaluée par Fabienne B,  avait choisi le numéro 3 : Jouer avec son corps

Le chant semble générer un fort engouement actuellement. Et c'est une bonne chose, car il fait énormément de bien :

- physiquement car le chant permet de travailler les muscles de la cage thoracique, du diaphragme du cou et du visage

- psychologiquement car le corps libère des endorphines, qui sont les hormones du bonheur. Le chant permet de se dégager du stess et on éprouve une impressio de bien-être comme après une nuit de sommeil.

Mais il développe en plus la confiance en soi. Lorsque nous faisons un karaoké nous sommes soumis au regard et aux oreilles des autres.

Fabienne nous conseille tous de chanter seul ou en chorale, le style que nous voulons car comme Michel Sardou, elle nous fredonne "La vie c'est plus marrant, c'est moins désespérant en chantant."

Marie-Christine, évaluée par Patrick, présentait elle aussi un discours n° 3 : Jouer avec son corps

Elle est revenue sur son métier qui évolue. Son diplôme de technicienne s'est avéré insuffisant et elle a du devenir "préleveuse". Et puis les prélèvement à dominicle prenant de l'ampleur, il lui a été demandé de suivre la formation aux premiers soins de manière à pouvoir faire face à une situation critique.

Si elle a les deux premiers niveaux, elle s'interroge sur le bien-fondé de passer le niveau 3. En effet, lorsque vous avez acquis ce niveau vous pouvez être réquisitionné pour tout événement nécessitant des professionnels avertis pour aider la population, comme lors de tempêtes violentes. 

Premiers soins 1 = PS1 = plaies, brûlures, étouffements, position latérale de sécurité

Premiers soins 2 = PS2 = massage cardiaque sur les diffrents types de personnes : adultes et enfants

Premiers soins 3 = PS 3 = ingestion de produits toxiques et on devient alors secouriste pour la région.

Marie-Christine conseille à tout le monde de passer ces diplomes, même si ce n'est que le niveau 1 car cela permet de sauver des vies. En effet, après un arrêt cardiaque, les secours appelés arrivent en général au bout de 10 minutes. Or, toute minute gagnée est cruciale. On estime que si la population française était davantage formée, 10 000 vies par an pourraient être sauvées.

Armelle, évaluée par Jean-Pierre, proposait un discours libre sur la pollution et le fléau sanitaire que représente l'industrie textile, en prévision de notre journée "Zéro Déchet" du 15 décembre au Château d'Eygreteau.

Vous trouverez ci-dessous sa présentation.

En effet, ACCES propose d'organiser un déstockage de vos garde-robes.

Déposer le 14 décembre vos vêtements chez l'un des membres du bureau : http://www.acces-coutras.fr/428364569

ou amenez-les directement le 15 au Château d'Eygreteau. Achetez, troquez ... faites des affaires et du bien à la planète.

Les surplus seront distribués à la Croix Rouge ou au Secours Catholique.

181215 Déstockage Eygreteau

L'industrie textile représente un enjeu majeur dans la pollution de la planète.

Atelier du 17 octobre 2018

Etaient excusés : Françoise, Jérôme, Marc, Michaël, Armelle.

Nous accueillons ce soir Marie-Claude Roboly.

Fabienne B était l’animatrice de la soirée.

Pour les improvisations, Fabienne B nous propose un tirage au sort sur chaque papier une couleur, chacun a pu s’exprimer sur ce qu’elle représente pour lui et si il aime ou non.

Fabienne L, le rouge : cette couleur lui fait de suite penser à Françoise D absente ce soir ce qu’elle regrette. Ce n’est pas sa couleur préférée mais elle vit avec. Elle aime surtout les fruits et les tomates.

Jean-Pierre, le vert : C’est la couleur de la nature, de la tonte du jardin, elle représente aussi l’espoir, on ne peut pas vivre sans espoir. Il faut passer au vert et non au rouge !

Gérard, le jaune : Couleur voyante mais sans le jaune pas de lumière, le soleil qui nous donne la vie et rend le monde plus beau. L’homme aime le soleil au contraire des ténèbres. Le jaune a été une couleur galvaudée.

Pour Claire, le violet : Souvenir de sa jeunesse baba cool avec ses écharpes violettes et son échantillon de Chanel N°5 qui lui a duré très longtemps. C’était sa couleur.

Marie-Claude, le rose : Cette couleur lui évoque les fleurs et plus particulièrement les roses. Mais aussi un souvenir personnel plus douloureux. C’est la couleur de son pull ce soir.

Rose-Marie, le sépia : Un peu ennuyée par cette couleur elle nous a quand même transmis que celle-ci pouvait représenter pour elle son goût d’avoir toujours envie de vieillir les objets (sauf Guy).

Patrick, l’orange : Orange transgressif : passé à l’orange. Couleur utilisée dans les entreprises pour mettre en valeur un problème. C’est un couleur dynamisante, c’est la couleur choisie pour son agenda professionnel.

Marie-Christine, le Turquoise : Elle affectionne cette couleur et la plus part des bleus côté dressing et conserve même abimé un bracelet en Turquoises souvenir de voyage en Crète.

 Fabienne B, le marron : Couleur passe partout qui lui convient assez et fait partie de sa garde robe d’automne, plus discrète que d’autres couleurs. Elle n’aime pas le fruit un peu trop farineux à son goût.

 

Marie-Christine, notre académicien, nous propose : Humer du vent 

Expression française assez ancienne puisqu’elle remonte au XVème siècle. Elle semblerait évidente dans  sa compréhension mais plus complexe quant à ses origines. En effet, le « vent » serait une sorte de sémantisme qui rappelle à la fois le souffle d’air et la respiration ou l’odeur. De plus, le vent fait référence au vide et à l’absence.

Quant au verbe humer, il est synonyme de respirer et serait associé à une sorte de frustration alimentaire en rapport avec la fumée d’un rôti plat suscitant la gourmandise à l’époque et qui est révélateur de la richesse d’une table.

En assemblant le vent et la respiration, il s’avère que le fait d’absorber du vent est un reflexe inutile et impossible puisque le vent ne nourrit pas.

 

Pour les virelangues, Patrick nous a surpris :

Tu t’entêtes à tout tenter, tu t’uses et tu te tues à tant t’entêter.

Un généreux déjeuner régénérerait des généraux dégénérés

L’Arabe Ali est mort au lit ; moralité : Maure Ali, t’es mort alité

Ces Basques se passent ce casque et ce masque jusqu’à ce que ce masque et ce casque ce cassent

C’est pas beau mais tentant de tenter de téter les tétons de tata quand tonton n’est pas là

Douze couches douves

Que c’est crevant de voir crever une crevette sur la cravate d’un homme crevé dans une crevasse

Le mur murant Paris rend Paris murmurant

Un dragon gradé dégrade un gradé dragon

 

Nous avions trois orateurs : Claire, Jean-Pierre et Patrick


Claire, évaluée par Rose-Marie, pour un discours de 10 minutes.

Claire nous a parlé de ces vacances d’été dans les Pouilles et plus particulièrement de la mosaïque de la Cathédrale d'Otranto.

Le chef d'œuvre par excellence est la décoration du sol qui recouvre toute la superficie de l'Eglise sur 1000m2.

Commandée par l’archevêque d’Otranto en 1164, cette mosaïque fut réalisée par un moine , recteur de l’Université de  peinture de Casole (Appelée aussi la Cluny de l’Italie du 10ème siècle) . L’intention était de représenter le moment où coexistent les deux religions: la juive et la catholique  en liant les éléments orientaux et occidentaux. Elle est l'œuvre du moine Pantaleone en 1166.

Le style est roman avec des éléments byzantins.

L’arbre de la vie y domine au milieu de la Cathédrale.

Le Bien et le Mal s’y confrontent mais l’arbre est aussi le symbole de l’immortalité de Dieu. 

On y trouve, confondus  des personnages de toute provenance, biblique, mythologique, historique, des animaux, des anges ,des diables, des créatures monstrueuses, ainsi le roi Arthur, Caïn et Abel, la tour de Babel, Diane et le cerf blessé , les signes du Zodiaque, Adam et Eve…

Son seul regret est la présence des sièges sur la mosaïque, mais elle a très bien restitué l’ampleur de cette œuvre.

Claire toujours enthousiaste pour nous parler d’art et nous captiver par son discours plus que par la présentation sur l’écran, revit devant nos yeux la rencontre avec ce chef d’œuvre inscrit au patrimoine de UNESCO. Nous avons tous été conquis.

Jean-Pierre, évaluée par Fabienne L, a répondu devant tous à la question qui lui a été posée lors du voyage à Albi au bord de la centrale de Golfech.

Sommes-nous bien en sécurité avec le nucléaire ,

Jean-Pierre nous a alors exposé avec son vécu d’ingénieur sécurité ce qui se passe réellement en France.

En France, les autorités chargées du contrôle de la sécurité nucléaire sont le département de la sécurité nucléaire (DSN) du service du Haut fonctionnaire de défense et de sécurité (HFDS) du ministère chargé de l'énergieainsi que la direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense (DPID) du ministère de la Défense.

Pour s'assurer du respect des exigences de la réglementation, l'État a chargé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) du contrôle de cette sûreté nucléaire. Elle est la seule habilitée à autoriser la mise en service ou la poursuite de l'exploitation d'une centrale nucléaire en France.

Les pouvoirs publics ont un pouvoir de sanction sur les équipements nucléaires Les accidents tel qu’en Ukraine à Tchernobyl ou encore Fukushima au Japon démontre bien la non influence des pouvoirs publics.

A la fin de son discours Jean-Pierre a répondu à nos dernières questions ce qui nous a permis de mieux comprendre l’impact et la volonté des pouvoirs publics Français en matière de sureté nucléaire.

 

Patrick, évalué par Jean-Pierre, nous a présenté une partie importante de sa carrière professionnelle soit 36 ans de missions en tant que consultant.

Un consultant ça sert à quoi ?

Voir ce que l’encadrement ne voit pas ou plus faire des propositions qui sortent de la routine et permettent à tous de prendre un peu de hauteur.

Son portrait robot : Patrick l’a vu dans un aéroport Londonien, costume gris, chemise blanche, chaussures vernies, imper, chapeau melon et parapluie noir. Le look qui inspire confiance.

Patrick nous propose une anecdote qu’il a vécu dans une grande entreprise en difficulté ou il devait analyser l’ensemble des fonctions jusqu’à la sécurité. Rendez-vous avec les gardiens pour le fonctionnement des accès à l’entreprise des véhicules ; à l’entrée, enregistrement des immatriculations sur registre idem sur le talon et le badge, et à la sortie, rien car multiples issues. Afin d’avoir des statistiques qui tiennent la route, leur responsable leur a demandé d’additionner simplement les plaques d’immatriculation en fin de page du registre !!!

Seconde aventure analyse des postes de nuit soit 38 personnes, vérifier ce qu’elles font exactement.

Sur les 38, 8 faisait ce qu’elles devaient faire, 9 autres faisait à peu près ce qu’elles devaient faire, 4 se sont mises au travail, et les 17 autres … n’ont jamais été trouvées.

Patrick lui aussi a gentiment répondu à nos questions sur ce métier qui n’est pas toujours bien accueilli dans les entreprises.

Gérard était notre gardien du temps et nous a fait remarquer que les trois discours étaient sur la même durée.

Une fois de plus, nous avons tous constaté que le discours est plus facile, le public très attentif quand il s’agit de vécu.

Notre prochain rendez-vous aura lieu le 14 novembre. L’animateur en sera Michaël.